Nadine Munguakonkwa Bijirwaniragi - Future informatique Tech

Nadine pourrait répondre à son nom Swahili, Munguakokonkwa, mais elle va aussi par le professeur Math. Surnommé par ses camarades de classe pour son amour des mathématiques et ses prouesses lorsqu'il s'agit de l'expliquer à d'autres, elle fait rapport: "Ils m'aiment, au fait, parce que je leur explique toujours les mathématiques chaque fois qu'ils ne comprennent pas."

Sa mère, reconnaissante pour une naissance facile, nommée Nadine "Munguakokonkwa", ce qui signifie "merci Dieu". Peut-être que son nom a façonné ses perspectives sur la vie, car 21 ans plus tard, Nadine débordent de gratitude. Grandir dans une pauvreté extrême dans un coin de Congo où elle et sa mère travailleraient sur les exploitations d'autres personnes pour un dollar par jour pour se nourrir et ses frères plus jeunes, souvent éloignés de l'école pour un manque de fonds, Nadine tire une liste de la liste de Tout ce qu'elle est reconnaissante. "Par exemple," dit-elle, "Dieu m'a aidé à obtenir son diplôme d'études secondaires cette année, même si je n'avais jamais rêvé que je pourrais finir à l'école à cause de la pauvreté et de la difficulté de la vie." Elle est reconnaissante d'agir le travail de Kivu au Congo pour lui fournir la voie de retour à l'école.

Avec l'occasion d'assister à l'université, Nadine, aka Professor Math, prévoit de la majeure en sciences informatiques et à la technologie. "L'informatique est important car cela aide les gens à être conscients de ce qui se passe dans le monde", explique Nadine, debout sur le terrain à partir de laquelle de nombreux minéraux sont extraits qui constituent des parties critiques des dispositifs technologiques du monde, des smartphones à Jet moteurs. Nadine sait que et veut enrichir cette connaissance avec un diplôme universitaire afin qu'elle puisse éduquer les autres au Congo pour savoir à quel point leur pays est important au monde.

Beaucoup de choses sur le centre de la liste de gratitude de Nadine autour de l'école. «Ma mémoire préférée est quand j'étais à l'école primaire et j'ai fini avec un 91%. Notre directeur m'a donné tellement de cadeaux! Aussi, j'ai passé trois mois sans avoir à payer des frais de scolarité lorsque j'étais juste au début de mon école primaire. C'est une mémoire, une expérience que je n'oublierai jamais. "

"Ma vie n'a pas toujours une solution facile", partages Nadine. «Je me souviens qu'il y avait des moments où je devais arrêter d'aller à l'école parce que nous n'avions pas de l'argent pour les frais de scolarité et, pendant ces périodes, je devais passer à l'agriculture de temps avec ma mère. J'aurais déjà dû être diplômé de l'école secondaire il y a 3 ans. Maintenant, j'ai 21 ans, j'ai été retardé, mais il n'est jamais trop tard, j'ai un objectif à atteindre. "

"Ma vie a changé en étant à l'école parce que je sais comment écrire et lire, je connais l'histoire de mon pays et d'autres pays, il a changé mes comportements, il m'a donné de la valeur et de la position, non seulement dans ma famille mais aussi ma communauté. Être à l'école m'aide à croire en moi. Je suis juste diplômé de l'école secondaire, de nombreux garçons ont échoué et j'ai réussi, c'est une autre raison pour laquelle je crois fermement en moi et que je peux atteindre de plus en plus. Je suis prêt à rester et à revoir. "

Envisager de son objectif d'un diplôme universitaire de devenir une réalité avec le soutien des partenaires du monde entier, Nadine voit un avenir prometteur. "Je me vois jusqu'à présent dans 10 ans", dit-elle, rayonnant. "J'aurai mon baccalauréat, me permettant de trouver un bon travail, ce qui me permettra de soutenir des enfants, des orphelins et des veuves vulnérables."

Nadine veut payer la possibilité d'assister à l'école secondaire d'études secondaires en raison de l'action du partenaire de Kivu au Congo (ABFEC).  "Passer à travers [ce] programme a transformé ma vie entièrement, et je veux qu'un jour soit en mesure de redonner.

«Je veux dire aux autres filles au Congo et dans le monde entier que l'éducation est la seule façon d'avoir un avenir prometteur. Si nous avons la chance ou la possibilité d'étudier, nous devons faire et le prendre au sérieux. Et nous devons aussi travailler dur pour changer le monde et comme les filles africaines que nous pouvons. "

(Un an d'université Plus fournitures, livres, chambre et conseil d'administration de Nadine coûte 7 000 USD.)