Brigitte baganda future avocate

À l'école, mes camarades de classe m'ont appelé avocat pour défendre leurs droits.J'aime souvent défendre des collègues innocents, parfois punis pour rien. "Brigitte, 18 ans, prévoit d'aller à l'école de droit avec un soutien financier pour faire sortir cet esprit de justice de la classe et l'amener au reste du Congo et du monde.« Je veux aller à l'école de droit afin de pouvoir défendre les droits des femmes et des enfants dans le monde entier, en Afrique en général et en République démocratique du Congo en particulier.C'est mon rêve depuis des années que j'ai rejoint le Programme d'aide aux mères adolescentes et à l'éducation il y a quatre ans.Je suis venu ici avec un cœur plein de déception et de tristesse.Il y a quatre ans, Brigitte a été abandonnée par sa famille, ce qui correspond à une norme culturelle qui veut que les survivants de viol soient les coupables.Forcée d'abandonner l'école avec un enfant à charge, elle a peu d'espoir pour son avenir.Après l'opération, la partenaire du Kivu, l'abfec, l'a accueillie, ainsi que ses enfants, dans le cadre du Programme des mères adolescentes, qui offre une formation familiale et professionnelle, et elle a rapidement trouvé sa place.Nous n'offrons pas seulement une éducation et une formation sur l'égalité aux participants, mais nous nous efforçons d'éduquer les femmes et les enfants de toute la communauté sur leurs droits et de nous réconcilier avec les familles qui comprennent cela.La famille de Brigitte a appris que le viol n'était pas la faute de la victime et, avec soutien et pardon, elle a retrouvé Brigitte et ses enfants.À ce moment - là, Brigitte avait demandé à retourner à l’école et était restée à momosho, tandis que sa mère, qui est maintenant le plus grand promoteur de Brigitte, a élevé la petite fille, afin que Brigitte puisse se concentrer sur ses études et terminer ses études secondaires en juin 2017.« ma mère était heureuse et fière de continuer mes études parce que ma famille croyait que cela apporterait un avenir radieux et je savais que cela arriverait.« Je veux poursuivre mes études et créer un avenir meilleur où je peux prendre soin de moi - même, de mes enfants, de ma communauté et de mon pays en échange », a déclaré Brigitte.« J'ai été motivée à devenir avocate pour défendre les enfants qui sont irrespectueux et qui sont violés quotidiennement. » la mémoire de Brigitte lui dit qu'elle travaille pour l'égalité et la justice, de la façon dont elle trouve l'espoir dans l'obscurité aux souvenirs heureux de l'école primaire.« l’histoire du passé dont je me souviens est le jour où j’ai perdu espoir dans la vie, quand tout ce que je voulais, c’était mettre fin à ma vie, être abandonnée par tout le monde après ma grossesse, même par ma bien - aimée.J'ai dû arrêter l'école, je ne pensais pas que ça devait arriver, et je me suis demandé pourquoi ça m'était arrivé.Une de mes grandes expériences préférées a été à l'école, où j'ai reçu 99% à l'école primaire, et mon directeur a payé mes six mois de frais de scolarité.Je suis heureux et respecté.« mon retour à l’école a changé ma vie parce que j’avais de nouveaux espoirs pour une vie meilleure à l’avenir. Mes parents sont maintenant fiers de moi et des projets qui ont changé ma vie.Je n'ai pas été ignorée par les gens de notre communauté, qui ont maintenant des points de vue différents sur moi et qui me respectent.Ma vie n'est plus aussi misérable qu'avant, et je vois un avenir brillant fondé sur de nouveaux espoirs.Avant, ma vie était très dure, dévastatrice et misérable.J'ai été déçu de rester à la maison et de n'avoir rien fait seul avec mes enfants.Mais la vie est plus facile maintenant », dit Brigitte.Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires en juin de cette année, elle continue d'apprendre: « même maintenant, je suis toujours en formation pour aider l'infirmière Jeanne à recevoir une éducation sur le VIH / sida », dit - elle.« dans dix ans, j'aurai un emploi d'avocat et je défendrai les gens de façon indépendante, car mes études m'ont donné ce pouvoir.« Je suis très reconnaissant à tous les promoteurs de ces projets.- moi. Ce que je veux dire, c'est que je veux apprendre le droit, voyager dans le monde, échanger des expériences avec des avocats expérimentés d'autres pays et aider le Congo à construire un pays où le droit est fort. "Nous croyons en la vision de Brigitte pour un avenir meilleur et sommes à la recherche de personnes avec qui travailler.7 000 $pour couvrir ses frais d'études universitaires d'une année, y compris les livres, l'hébergement et la nourriture.« ce que je veux dire aux autres filles du Congo et du monde, c’est de ne jamais perdre espoir et de travailler dur.Ils ne devraient pas perdre confiance, c'est ce que je suis.Être une fille ou une femme ne signifie pas que quelqu'un est inférieur à un homme, non, pas du tout. "